« Krishna fut notre gui… »

Krishna fut notre gui, ô timide princesse,
Roucoulante amie au rire doux comme l’onde
Où un millier de mes plus vifs désirs se pressent,
Et que vous abreuvez telle une Frédégonde !

Que ne rallumai-je, du feu de mon esprit
Ces antiques festins, ces grandes Lupercales,
Dont ne subsistent or que risibles débris,
Mais où j’aimerais voir briller votre front pâle ?

Nulle robe, nul art ! Pour épouser vos charmes ;
Ô louve neuve et vraie, quelles cités de reines,
Quelle Rome inouïe feront naître vos larmes

Asséchées par mon bras et nourries par la peine ?
Mais notre vie défile, et dussé-je être Carme
Krishna m’aura donné une foi plus qu’humaine.

Publicités

About cesarlhermite

« Alors je me suis fait marquis du marquisat de moi-même et j’ai bâti mon cœur comme une tour ». Léon Bloy.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :