Sonnet pour Freyja

Image

Déesse des amours, Grâce de l’Univers

Ainsi que ton frère, j’ai des érections

D’odieuse majesté, surgies du fond des terres

 

Ainsi je t’invoque, vers le Septentrion

‘Fin que tu m’enlèves à toute solitude

Me prennes dans ton aile en plume de faucon

Pour que je contemple de nobles altitudes

 

Montre-moi Sessrumnir, et ses plafonds dorés

L’armée des Valkyries, dont les envoûtements,

Suprême volupté, m’envoient au Firmament

 

Qu’Otr ne s’émeuve, si j’aime ta beauté

Douce compagne veux, et hui ne trouve pas

J’aspire à générer, à vivre et à aimer

Et qui peut m’y aider, si ce n’est toi, Freyja ?

Publicités

About cesarlhermite

« Alors je me suis fait marquis du marquisat de moi-même et j’ai bâti mon cœur comme une tour ». Léon Bloy.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :