Quelques Vérités Tremblantes

Image

Plus ça va, et plus je commence à trouver la distinction d’usage entre chrétiens et païens, monothéistes et polythéistes, aussi pathétique et grossière que celle entre la droite et la gauche. Cette pernicieuse dichotomie, en ce qu’elle pousse tant de jeunes ânes de Buridan à rallier hâtivement l’une ou l’autre foi, mène aux radicalismes les plus absurdes. Attention ! Je n’avance pas du tout que le christianisme est identique à l’antique religion, et leurs partisans ne sont rien moins que fidèles aux mêmes dieux. Ce que je dis, c’est que cette différenciation est purement intellectuelle, elle est le fruit amer de divagations mauvaises, d’enragements politiques, de manipulations abjectes, d’une histoire hideuse enfin, mais elle ne correspond à aucune métaphysique sensée. En quoi la croyance à une entité suprême, éternelle et transcendante, créatrice et conservatrice, sage et libre, au-delà de l’espace et du temps, défend-elle de croire à des esprits mouvant les sphères célestes, et de qui nos corps autant que nos âmes reçoivent la cire informatrice ? En quoi la croyance à des forces archétypales qui président aux générations de la nature, doit-elle se battre contre la proclamation que tout ce qui existe est une émanation, une autoréflexion d’un principe ontologique sans aucun attribut identifiable ou même connaissable, et dont on peut seulement dire qu’il est ? Un athée dirait hautement : « il n’y a pas de dieu ». Le métaphysicien corrigerait : « il n’y a pas de dieu », et Dante eut raison de dire que les influences astrales ne devaient pas nous faire oublier que nous avons ce libre-arbitre qui, en tant que pure forme sans dimension ni restriction, n’est pas autre chose que la participation divine dans l’homme.

Le danger n’est pas de croire à un Dieu, ni même de croire à un Dieu seul, mais de croire à un Dieu personnel, car Dieu ne serait plus cet éternel monarque d’une humeur toujours égale, mais un tyran capricieux qui n’aurait pas même l’audace de se montrer en personne plutôt que de faire interpréter ses ordres par une caste ordurière. « Quand Dieu est défini, il est fini », dit Eliphas Levi. Un Dieu à qui l’on prête une dimension, des désirs, des susceptibilités ou des jalousies, n’est plus un Dieu d’absolu, puisqu’il serait alors restreint à des catégories sensibles et matérielles. On n’est plus très loin du « dieu des blaireaux », suivant l’amusante formule de Sir Shumule. Et si l’idée d’un Dieu sans conscience, amour ou volonté paraît trop effroyable, il est quand même loisible de l’humaniser, mais seulement par un examen rigoureux des lois de la nature, à travers lesquelles il dévoile ses intentions. C’est l’ossature de la kabbale et des grandes traditions religieuses.

L’autre écueil, corrélé au premier, c’est la création d’un princ(ip)e du mal. Chez les chrétiens les plus dégénérés, cette crainte de faire le mal – qui est à la fois une crainte de Dieu et du diable, comme s’ils étaient la même personne – entraîne une paranoïa incessante. Chaque geste, chaque mot, chaque pensée est regardé(e) de manière torve, oblique, y compris, et même surtout, les désirs les plus naturels et indispensables à la survie de l’espèce (pulsions sexuelles). Voilà la haine de la vie, l’affreux ressentiment dont parlait Nietzsche. L’homme se torture avec ses propres instincts de liberté et d’expansion tournés en-dedans, et la masse est trop contente de décrier comme diabolique tout ce qui est fort, cruel et magnanime, en somme tout ce qui lui est supérieur. C’est l’œuvre de ceux qu’Aleister Crowley nomme les magiciens noirs. Le protestantisme, avec son dégoût de la raison, son mépris de la piété et sa haine de la beauté, incarne mieux qu’aucune autre religion cette déchéance fatale.

Qu’en est-il du catholicisme ? Il y a beaucoup à dire. Le catholicisme historique est un mélange de cette conception pessimiste et ennemie de la vie, avec une philosophie plus haute et plus ancienne de la religion, et des rites qui ont gardé un bon fond de paganisme. Aujourd’hui, ce n’est rien qu’une religion mondaine sans rite ni croyance, un appendice sentimental et femelle du judéo-protestantisme. Rappelons-nous que pour Thomas d’Aquin, le but suprême de l’existence humaine est la divinisatio. Et comment ne pas reconnaître le vieux Graal dans le culte eucharistique ? Lisons encore le sublime Eliphas Lévi.

« J’ai établi dans mes ouvrages que le culte chrétien-catholique est la haute magie organisée
et régularisée par le symbolisme et la hiérarchie. C’est une combinaison de secours offerts à la faiblesse humaine pour affermir sa volonté dans le bien.
Rien n’a été négligé, ni le temple mystérieux et sombre, ni l’encens qui calme et qui exalte en même temps, ni les chants prolongés et monotones qui bercent le cerveau dans un demi-somnambulisme.
Le dogme, dont les formules obscures semblent le désespoir de la raison, sert de barrière aux pétulances d’une critique inexpérimentée et indiscrète. Ils paraissent insondables pour mieux
représenter l’infini. L’office même, célébré dans une langue que la masse du peuple n’entend pas, élargit ainsi la pensée de celui qui prie et lui laisse trouver dans la prière tout ce qui est en rapport avec les besoins de son esprit et de son cœur. Voilà pourquoi la religion catholique ressemble à ce sphinx de la fable qui se succède de siècle en siècle et renaît toujours de sa cendre, et ce grand mystère de la foi est tout simplement un mystère de la nature.
On semblerait émettre un paradoxe énorme si l’on disait que la religion catholique est la seule qui puisse être justement appelée naturelle, et pourtant cela est vrai, puisque seule elle satisfait pleinement à ce besoin naturel de l’homme qui est le sens religieux.
 »

Sa conclusion est peut-être trop optimiste. Maintenant que tous les autels sont renversés et les sanctuaires dévastés, il est plus difficile que jamais de satisfaire ses aspirations d’infini. C’est le grand-œuvre auxquels se sont voués les vermines républicaines et les fils de Muspell. Un jour, peut-être bientôt, les anciens mystères renaîtront sur ces ruines.
Pour résumer : oui, il y a bel et bien des différences entre l’esprit païen et la morale chrétienne, mais ces différences doivent être vues avec discernement. Ceux qui pensent que le paganisme, par opposition au christianisme (et se définir par rapport à quelque chose est le ressort même du ressentiment), doit être profane plutôt que sacré, athée plutôt que religieux, débauché plutôt que raisonnable, personnel plutôt que communautaire, intellectuel plutôt que sacramentel ou rituel, méconnaissent profondément ce qu’était la religion antique. Si l’on veut rondement exclure pour soi le christianisme, il faut le faire en connaissance de cause, en prenant le temps de voir ce qui est pervers et oriental, mais aussi ce qui est européen et aryen. Le catholicisme d’avant Vatican II n’était pas un bloc, et si l’on gratte un peu la boue noire qui le recouvre tout en étendant le filet de l’intelligence éduquée, on peut cueillir de l’or.

Surtout, ce qui distingue les religions traditionnelles, c’est l’héroïsme. Il n’y a pas de Valhalla ni de Champs-Elysées chez les peuples du désert. Je pose la question suivante : entre un chevalier chrétien mort pendant les Croisades en soupirant vers une Jérusalem fantasmée aux couleurs d’Asgard, et un homme politique contemporain, T. F.*, chef d’un groupuscule microscopique, autoproclamé « meilleur spécialiste européen du paganisme », mais qui ressemble à un agent de gare SNCF et qui fricote avec le « journaliste » Jean Robin, lequel des deux, dis-je, est le plus conforme aux valeurs traditionnelles ?

Le même processus doit s’appliquer aux autres idéologies funestes, notamment celles d’origine muspellienne : la psychanalyse ou la théorie de la relativité contient évidemment des éléments traditionnels connus depuis longtemps par notre peuple, mais oubliés à cause des pourchasses terribles auxquelles les pouvoirs religieux se sont livrés sur la science.

Je perçois que ce texte risque d’être mal compris de certains, qui m’accuseront de trop grande complaisance envers les ennemis de l’Europe. C’est qu’en effet, ils ne m’auront pas compris, et je ne veux pas m’éperdre en explications stériles. Je me moque des étiquettes, des partis, des dogmes officiels. Malgré mon ignorance, je pense dire des choses justes, et peut-être faire œuvre utile, à la manière du grand Evola qui lui aussi, mit en garde contre certaines erreurs de jugement. Ce qui agite ma volonté et déchaîne ma curiosité, c’est la Tradition, la vérité pure, originelle, et aucun préjugé ne peut me détourner de cette quête sacrée.

* Ce jugement, hâtif et facile, ne correspond plus à mon opinion de cet individu, dont j’apprécie les hautes qualités (addendum).

Publicités

About cesarlhermite

« Alors je me suis fait marquis du marquisat de moi-même et j’ai bâti mon cœur comme une tour ». Léon Bloy.

35 responses to “Quelques Vérités Tremblantes”

  1. lecheminsouslesbuis says :

    Bonjour,
    je comprends bien ton texte et les raisons qui t’ont poussé à l’écrire, mais je crois que ce qui oppose avant tout paganisme et christianisme, ou bien je pourrais tout aussi bien dire polythéisme et monothéisme, ce ne sont pas des erreurs, ou des vérités mystiques, mais bien une vision du monde. Cette vision est radicalement différente si tu es monothéiste, universaliste (Le Dieu unique pour Tous) et transcendantaliste ou si tu es polythéiste, identitaire (« par les dieux que jure ma tribu ! ») et (« immanentiste » ??? joli barbarisme mais tu comprends ce que je veux dire…)
    Une question de Valeurs aussi (: Héroïsme bien sur !!! mais aussi Honneur et Fidélité !!!), mais les valeurs, avant toute chose, se vivent et s’illustrent avant de se théoriser ! et « ton » croisé est effectivement bien plus proche des valeurs traditionnelles que « ton » agent de gare (appel à la délation : qui est ce T.F. ??? tu piques là grandement ma curiosité …j’ai bien une petite idée, mais bon …)
    Amicalement

    • cesarlhermite says :

      Je suis généralement d’accord avec toi ; je me reconnaîtrai volontiers dans ton immanentisme, puisque je pense que les dieux nous ont formés et que nous pouvons, non seulement connaître leurs influences et leurs désirs, mais aussi recevoir leur inspiration immédiate. Rien n’est plus dangereux et propice à l’avènement de Big Brother qu’un Dieu transcendant qui serait comme un État bureaucratique, un « monstre froid » sans âme et tyrannique. Ce Dieu est le Dieu du judaïsme, de l’islam et d’une très grande partie des chrétiens. Mais cet immanentisme n’est pas incompatible avec la croyance en une déité suprême : par exemple, les Indiens et leur dieu qui enveloppe toute la création, et avec qui on fusionne par l’abandon de toute identification avec le corps mortel (même si les Indiens croient par ailleurs en une foule de dieux). C’est pour cela que je voulais dire que suivant moi, ce qui sépare le christianisme et autres monothéismes de la religion traditionnelle, c’est moins le nombre de dieux que leur qualité et leurs rapports avec l’homme, leur pouvoir de se communiquer à lui et de s’absorber en lui. C’est un paradoxe qui est, je pense, important à saisir. Pourquoi ? Pour éviter l’excès inverse, qui serait un immanentisme de matière et non d’esprit, refusant l’existence d’êtres « surnaturels » (je n’aime pas ce mot, mais il est pratique). On tomberait alors dans un totémisme proche des sociétés primitives non-européennes. C’est, je pense, ce que dirait Evola. 🙂

      Je parlais de Thomas Ferrier. Le connais-tu ? Un « europaïen » qui fomentera la grande Révolution « euro-socialiste » à Strasbourg et à Bruxelles, mais qui, en attendant, appelle à voter Sarkozy et UMP 😀

      • lecheminsouslesbuis says :

        Chez nous, druidisants, nous avons aussi une école qui reconnaît une divinité suprême, mais inconnaissable aux hommes : l’Incréé … et dont tous les autres dieux et déesses ne seraient que des facettes. telle n’est pas ma croyance, je suis un polythéiste sans concessions … Mais tu as raison,les qualités des dieux et leurs rapports avec l’homme sont plus importants que leur nombre.
        Par ailleurs, je pense que le totémisme était aussi présent dans les société primitives européennes … (d’ailleurs, il y a moins d’un mois, un athée m’a dit que mes dieux n’étaient que des idoles … Il n’a pas apprécié quand je lui ai répondu qu’il était trop imbibé de christianisme (pourfendeur d’idoles) pour être un véritable athée …)
        Oui, je pensais bien qu’il s’agissait de Thomas Ferrier, je l’ai connu sur le forum des Fils d’Odin. Malgré ses connaissances, on ne peut pas les lui nier, j’en pense la même chose que toi …et la dernière fois que j’en ai entendu parler, il s’apprêtait à écrire un article pour démontrer que Pierre Vial avait tout faux vis à vis du paganisme : il ne doute de rien, vraiment, cet employé des Postes bobo…

  2. cesarlhermite says :

    Eh bien, je suppose que j’appartiens à la première école que tu évoques. Ce qui me gêne avec le polythéisme strict (qui est aussi celui de Ferrier :p ), c’est qu’il ne donne pas d’explication cohérente et satisfaisante pour la raison à la création du monde. Je ne vois pas comment on peut ne pas en revenir forcément à un principe unique et éternel de toutes choses, le moteur immobile d’Aristote, l’Empyrée de Dante, etc., totalement dénué d’attributs, et qui se manifeste dans l’espace-temps par des paires d’opposés maintenus en équilibre. Mais je suis prêt à écouter ta version, si tu penses pouvoir me détourner de cette croyance. Quoi qu’il en soit, ces désaccords ne doivent pas nous empêcher de combattre ensemble.
    Quant à Ferrier, il faut lui reconnaître une large culture. Il est vrai qu’il fait partie de ces hommes qui peuvent vous convaincre par A+B qu’ils ont infailliblement raison, mais qui pourtant n’emportent nullement votre enthousiasme. A l’inverse, il en est d’autres qui, malgré l’irrationalité de leurs vues, dégagent une telle force de persuasion que vous feriez tout pour être à leurs côtés malgré les risques.

  3. lecheminsouslesbuis says :

    Tu ne trouves pas d’explication cohérente à la raison de la création du monde parce que pour nous, il n’y a pas de dieu créateur et donc pas de création du monde. En fait, tout se crée continuellement sans arrêt… Ce n’est pas quelque chose dont je discute tous les jours, d’ailleurs en règle générale je n’en vois pas l’intérêt, et je ne suis pas un champion de la théologie mais tout se passe au niveau d’un Principe, espèce d’Energie Primordiale qui, sur le modèle de « notre » big-bang est constamment en proie à la contraction et à l’expansion. Sorte de chaudron bouillonnant de toutes les potentialités et pourquoi faudrait-il une raison à cela, ça « est », point …
    Mais j’insiste bien sur le fait que ce Principe Absolu, « moteur immobile », est un principe abstrait et n’est qu’un principe abstrait : il est donc ce que nous ne connaissons pas et est au delà de la connaissance ou de l’inconnaissance. Il est celui qui fut avant l’origine de l’origine et il réside partout et nulle part. Il est le Vide mais aussi la Plénitude et l’Infini. Il n’a pas de nom, de visage ou de forme et on ne peut pas le penser ni le conceptualiser. Il n’est rien de ce qui est visible ou invisible, et est au delà du savoir ou du non savoir, de la pensée ou de la non pensée.
    Et puisque le Principe Absolu n’est pas du ressort de ma compréhension ou de mes possibilités de compréhension et qu’il est en dehors –en deçà- au delà de l’échelle humaine et du domaine des hommes, je ne puis, éventuellement, que pressentir-reconnaître l’inconnaissabilité de ce Principe abstrait (« ça est »), et non pas l’honorer en tant qu’une divinité unique, ce qui d’ailleurs ne pourrait se faire qu’avec des « outils » humains, et donc, à mon sens, complètement inadaptés.
    Voilà pourquoi les divinités que j’honore et vénère sont différentes, séparées et individualisées. Elles ne sont pas de rassurantes images exclusivement mentales, ce qui ne serait qu’un bon moyen pour les « garder à distance ». Et il serait trop triste qu’elles ne deviennent que des allégories se rapportant à de simples abstractions.
    Mais loin de moi le désir de te détourner de tes croyances. Nous ne sommes pas prosélytes comme les monothéistes et la seule influence que nous acceptons d’avoir, c’est celle de l’exemple … et comme tu le dis toi même, nos désaccords ne doivent pas nous empêcher de combattre ensemble.

  4. lecheminsouslesbuis says :

    sauf que pour moi, ce n’est pas une divinité mais une abstraction … 😉

    • cesarlhermite says :

      Si tu entends « abstraction » dans le sens : sans attributs, sans dimension, etc., c’est aussi mon avis. Si tu l’entends dans le sens : figuratif ou irréel, ça défierait un peu ma raison, car tu expliques toi-même que son unique caractéristique est justement d’ETRE. 🙂 De toute manière, divinité ou pas, il n’y a pas lieu de lui rendre de culte comme s’il s’agissait d’une puissance extérieure, puisque nous y avons tous part.

  5. lecheminsouslesbuis says :

    une « abstraction », telle que je l’entends ici, est une qualité ou relation isolée par l’esprit … et pourtant elle « est »…

  6. Bruno says :

    entre un chevalier chrétien mort pendant les Croisades en soupirant vers une Jérusalem fantasmée aux couleurs d’Asgard, et un homme politique contemporain, T. F., chef d’un groupuscule microscopique, autoproclamé « meilleur spécialiste européen du paganisme », mais qui ressemble à un agent de gare SNCF et qui fricote avec le « journaliste » Jean Robin, lequel des deux, dis-je, est le plus conforme aux valeurs traditionnelles ?

    Dites nous, monsieur ‘l’impersonnalité active » du net, François Hollande, avec son physique de clerc de notaire, ou bien de démarcheur en aspirateurs, celne l’a pas empêché d’accéder à la présidence de la république, que je sache ?? Ensuite si la pertinence d’un programme politique se juge au nombre de ses partisans, alors selon votre « raisonnement », l’UMP a un programme génial…
    Donc déjà, vous vous permettez de commencer par un « argument » ridicule, qui n’apporte rien qui plus est.
    Ensuite, « valeurs traditionnelles »… Sous la plume d’un disciple du « baron », on sait quelle vision se cache. Une vision globalisante et universelle. Je veux bien croire qu’il existe une Tradition primordiale européenne (ou caucasienne, ou « aryenne », appelez ça comme vous voulez, bien que ce dernier terme, fait référence à de la linguistique uniquement). Mais « Tradition primordiale » tout court, surement pas.
    D’autre part, sur votre branlette intellectuelle concernant votre mythique « chevalier chrétien », je suis toujours étonné (mais pas surpris) que des paganisants aient recours à un argumentaire qui se rapproche considérablement de l’extrême-droite la plus intégroïde, et caricaturale qui soit, notamment par son rejet fanatique des Lumières et de la Révolution Française et par le recours à la théorie du complot…
    Qu’ils songent bien qu’à l’époque antérieure, vous auriez subi les foudres de l’Inquisition. Des Guénon, Evola, Steiner, Gurdjdorff, Sebotendorff, Von List, Willigut, Crowley, Lavey et Cie auraient fini crâmés sur le bûcher, that’s all.
    Comme tout bon disciple du paraplégique, vous avez une vision completement dévoyée, voire pervertie de ce qu’est véritablement l’héroïsme. Il ne suffit pas d’avoir un comportement de héros pour être un héros (la fameuse « race de l’esprit. ».. fou-thèse.), il faut aussi être ainsi de façon désintéressée, naturelle, et surtout sans avoir besoin de s’alliéner à un dogme religieux. Sinon on n’est pas un héros, mais un fanatique. Les djihadistes qui se font sauter dans des autobus bondés, comme ceux qui recherchent en permanence le martyrat, comme vos croisés d’hier, étaient des fanatiques.
    Un héros est par définition un homme LIBRE, concept avec lequel les anciens Héllènes, les républicains de la Rome pré-augustéenne, les Germains, ou les Vikings n’avaient aucun problème…
    Enfin au travers de ce qu’il faut bien appeler chez vous un verbiage, manifestement vous n’avez aucun sens politique pratique. Normal vu qu’Evola, en tout bon paraplégique préconisait le retrait troglodytique comme action, tout en fantasmant sur une prétendue aristocratie guerrière mythifiée… Or aujourd’hui le combat politique, nécessite davantage le don du Verbe, que de gros muscles… Je vous accorde que TF n’est pas un cogneur, en revanche, c’est un penseur, et un rhéteur, que cela vous plaise ou non. Sachez aussi qu’il a l’habitude il me semble, d’étudier le paganisme à la source, car la pensée de « modernes » n’apporte rien. Et je lui donne raison. Quand on lit un ouvrage de chez Pardès sur le druidisme, et que 50% du texte parlent de Guénon (qui a commencé Franc-maçon pour finir musulman… lol), et autres, cela est tout simplement du foutage de gueule, car c’est occuper de la page pour ne pas parler du druidisme (Thierry Jolif, « Tradition celtique »).

    • cesarlhermite says :

      Tout d’abord, je trouve fâcheux que Thomas ne vienne pas se défendre lui-même. Pour lui, invoquer Mars, c’est demander à un sous-fifre de se battre à sa place ?

      « Donc déjà, vous vous permettez de commencer par un « argument » ridicule, qui n’apporte rien qui plus est. »

      En comparant le chevalier à Thomas, je ne cherchais pas à savoir qui avait la pensée politique la plus approfondie, ni à déterminer qui pourrait le mieux être élu dans notre âge démocratique avancé. Je mettais en avant que le chevalier avait sans doute plus de « race » en lui, d’enthousiasme vindicatif, d’exaltation inspirée. Thomas Ferrier, comme vous l’avez spontanément remarqué, n’est pas sans rappeler François Hollande au point de vue du physique et du charisme. Je lui souhaite la même carrière.

      « Mais « Tradition primordiale » tout court, surement pas. »

      Je ne sais pas trop, ce n’est pas si important à mes yeux, pour tout dire. La vérité est éternelle, et vouloir l’insérer dans une chronologie historique n’a pas de sens. Je vois que les grandes intuitions du Vedanta furent aussi connues de Parménide, Platon, Aristote, et ensuite des grands philosophes néoplatoniciens, puis qu’elles se sont perpétuées même chez certains chrétiens. Qu’il faille appeler ça « primordial » ou non, je m’en moque bien, l’essentiel est que ces vérités ne furent pas induites ou raisonnées, mais vues.

      « notamment par son rejet fanatique des Lumières et de la Révolution Française »

      Qu’est-ce que les « Lumières » ont apporté ? Vous qui critiquez l’universalisme, sachez qu’il doit beaucoup au cosmopolitisme de cette époque. Ensuite, l’insistance des penseurs des « lumières » sur la « Raison », l’avilissement de l’honneur, de la foi et du courage comme autant de ruines de l’obscurantisme religieux, et la glorification du sujet pensant et autonome, sont une indiscutable régression.

      « Qu’ils songent bien qu’à l’époque antérieure, vous auriez subi les foudres de l’Inquisition. Des Guénon, Evola, Steiner, Gurdjdorff, Sebotendorff, Von List, Willigut, Crowley, Lavey et Cie auraient fini crâmés sur le bûcher, that’s all. »

      D’abord, je ne m’associe pas à tous les noms de cette liste, et après, pourquoi aller chercher si loin ? Même saint Thomas d’Aquin a eu des ennuis avec les théologiens de Paris. Je pense que les dogmes sont nécessaires pour le peuple, chez qui ils peuvent prévenir de graves erreurs, mais qu’ils sont absurdes pour les grands esprits, dont la singularité est précisément d’absorber tout le génie humain et de ne se tenir à aucune borne. Au reste, je ne vais pas vous donner un cours de droit canon, mais sachez qu’on n’envoyait pas si facilement que cela au bûcher. En outre, les procédures de l’Inquisition formaient un remarquable progrès, car elles introduisaient la raison et la rigueur romaines dans les rouages de la justice. Je vous rappelle qu’avant, c’était le système de l’ordalie. Et si vous avez la fantaisie de croire que la justice païenne était plus rigolote, relisez-donc la Généalogie de la Morale.

      Enfin, je vous prie de ne pas insulter Julius Evola, du moins sur ce blog. Il a fini en fauteuil roulant après s’être battu pour la défense de l’Europe contre ses ennemis résolus. Cela demande un cérémonieux respect, au minimum. Il a vécu selon ses idées, ce qui prouve qu’il fut un homme traditionnel, et cela malgré le mépris qu’il a rencontré chez tous ceux qu’il a voulu rendre familiers de ses théories.
      Qu’avez-vous fait, vous, pour l’Europe, à part quelques chèques à l’ordre du PSUNE, qui auront peut-être permis à son trois fois glorieux leader de s’acheter une nouvelle machine à café ?

      • Bruno says :

        [i]Tout d’abord, je trouve fâcheux que Thomas ne vienne pas se défendre lui-même. Pour lui, invoquer Mars, c’est demander à un sous-fifre de se battre à sa place ? [/i]

        Pour vous toute personne membre d’un parti est un « sous-fifre » ? Intéressante conception orientale de la politique et de l’adhésion à un parti, c’est digne d’un vision « chef de gang », ou de la Corée du Nord.
        Pour commencer, apprenez que je suis quelqu’un de plus libre mentalement que vous. Thomas n’a pas jugé utile de répondre sur votre blog, je n’ai donc pas le pouvoir de répondre en son nom, néanmoins vous critiquez une association politique, et en tant qu’adhérent, c’est mon devoir d’intervenir, que ça vous plaise ou non.

        [i]« Donc déjà, vous vous permettez de commencer par un « argument » ridicule, qui n’apporte rien qui plus est. (…) En comparant le chevalier à Thomas, je ne cherchais pas à savoir qui avait la pensée politique la plus approfondie, ni à déterminer qui pourrait le mieux être élu dans notre âge démocratique avancé (…).[/i]

        Mauvaise foi crasse, vous déformez mon propos. je n’ai pas dit que vous compariez TF à un chevalier, j’ai plutot souligné le caractère débile de votre attaque gratuite sur son physique, argument de cour d’école. Et je persiste ! Critiquez au moins Thomas sur ses idées, par sur son apparence, ou bien ayez la décense de la boucler si vous êtes à court, parce que là c’est digne du bac à sable.

        ‘la vérité est éternelle ».
        Discours de curé. En revanche, il y a la réalité.

        [i]Qu’est-ce que les « Lumières » ont apporté ? Vous qui critiquez l’universalisme, sachez qu’il doit beaucoup au cosmopolitisme de cette époque. Ensuite, l’insistance des penseurs des « lumières » sur la « Raison », l’avilissement de l’honneur, de la foi et du courage comme autant de ruines de l’obscurantisme religieux, et la glorification du sujet pensant et autonome, sont une indiscutable régression.[/i]

        La première chose qu’on apprend en Histoire, c’est de contextualiser un évenement, c’est-à-dire le replacer dans le contexte de l’époque, et surtout ne pas l’analyser avec une grille d’aujourd’hui. A l’époque des lumières, le monde connu était essentiellement pensé pour les Européens. AUssi, s’agissant précisément de la Révolution Française, il y avait d’elle deux volets. On peut ainsi opposer l’universaliste Robespierre au patriote Hébert, celui qui voulait imposer le culte de l’Etre Suprême contre celui qui honorait la déesse de la raison (=Minerve).
        Il y a dans la Révolution Française tout un côté païen classiqure qu’il ne faut pas nier. Je pense donc qu’elle a été incomplète au sens d’incohérente, c’est à dire mêlant des éléments contradictoires.
        Il suffit de penser dans les arts aux tableaux remarquables de David ou encore à la poésie de Chênier.
        La même chose peut être dite de la Commune de Paris, entre socialistes patriotes d’un côté [blanquistes, proudhoniens… etc] et internationalistes de l’autre. Donc votre prose parfaitement réactionnaire, ne fait que penser à du Léon de Poncins, ou du Coston recompilé. Quant aux maux que vous dénoncez, si vous n’êtes pas capable de comprendre qu’ils trouvent leur origine dans ce que j’appelle « l’an zéro », c’est à dire l’avènement du christianisme, cette religion catochyme, nourrie des bas-fonds de l’Empire romain, et son application par Constantin, puis sa légalisation par Théodose, c’est que vous n’avez rien compris aux sources de la décadence de l’Europe actuelle. Le chrstianisme, c’est le dogme de « l’ouverture à l’autre », l’égalitarisme, l’universalisme, le fixisme, l’anthropocentrisme. De ces maux, on en crève à petits feux. La religion dite « des droits de l’homme » (qui fait référence à ceux de 1948, nettement plus universels que ceux de 1789), ce n’est que du christianisme laïcisé.
        La généalogie de la Morale de Nietzsche, ainsi que l’Antéchrist, sont des réquisitoires implacables. « Reste, là-haut pauvre fou », dira Nietzsche en regardant un crucifix…
        En outre, vous affublez à l’Inquisition des mérites juridiques qu’elle n’a pas. On ne voit pas en quoi « le jugement de dieu », c’est romain !

        [i]Je pense que les dogmes sont nécessaires pour le peuple, chez qui ils peuvent prévenir de graves erreurs, mais qu’ils sont absurdes pour les grands esprits, dont la singularité est précisément d’absorber tout le génie humain et de ne se tenir à aucune borne[/i]

        Conception proche-orientale là encore. Dans le cas d’une bonne démopédie appliquée, le distingo que vous établissez est ridicule. Quand une cause, n’a en elle-même aucun sens, celui qui s’aliène à elle, n’est pas un héros.
        En outre que vous défendiez l’inquisition, a au moins un mérite. Celui de nous montrer ce qu’il faut penser du « néopaganisme ».

        [i]Il a fini en fauteuil roulant après s’être battu pour la défense de l’Europe contre ses ennemis résolus. [/i]

        C’est précisément depuis qu’il est devenu paraplégique qu’il a commencé à écrire n’importe quoi et surtout à renier son seul ouvrage e jeunesse qui était digne d’intérêt à savoir « Imperialisme païen ».
        Ce qui est tout à ait normal, quand on fait un peu de psychologie comparée, et qu’on fait preuve d’un minimum d’empathie. Quand on finit sa vie en fauteuil roulant, on ne peut que prôner l’inaction, comme action…
        Il faudrait que je commente « Révolte du monde moderne » que j’ai dans ma bibliothèque. Je n’ai pu en lire que la moitié. Le bouquin me tombant des mains, tant il est indigeste et fumeux..
        J’ai aussi le « Julius Evola » de Lippi chez les Ed. « L’Age d’Homme ». Disons que je trouve que nous ressortir le bon vieux Bachofen n’est pas du plus bel effet, idem l’opposition manichéenne entre spiritualité solaire et lunaire, entre Aryens et Méditerranéens.

        Sa collusion avec les délires de Guénon à propos de cette idée de « Tradition Primordiale », est débile. Une justification pratique pour inoculer le poison de la doctrine universaliste et mondialiste dans les rangs « nationalistes » ou « identitaires », sous la forme d’un protomondialiste, ou proto-universalisme.
        Tout cela démontre que pas plus que Guénon, il ne connaissait rien ni l’un ni l’autre des sujets religieux sur lesquels ils se prononçait, à part des fantasmes, et qui horrifieraient n’importe quel historien un tant soit peu sérieux. Evola et Guénon sont encensé uniquement dans un microcosme très spécifique et restreint de l’ultra-droite, qui aime s’emparer de théories boîteuses et de penseurs médiocres pour croire se valoriser, alors qu’elle n’en est que plus pathétique.
        Enfin je dirai que le peu que j’ai lu d’autres oeuvres de lui (comme « Chevaucher le tigre »), montre que la pensée de Evola est tout simplement inexploitable sur une plan purement politique.
        Cette notion de « Convive de pierre », d' »impersonnalité active », ce détachement du réel… En clair : c’est l’image du type qui est à un restaurant, commande un menu, mais qui finalement quand on lui apporte, ne consomme pas ce qu’il y a dans son assiette, et palabre sur ce qu’il aurait souahité que les autres aient, en attendant que le ciel lui tombe sur la tête…
        Or le combat, est aujourd’hui politique.

  7. cesarlhermite says :

    « Pour commencer, apprenez que je suis quelqu’un de plus libre mentalement que vous. »

    Comment pouvez-vous l’affirmer ? J’ignore jusqu’où vous êtes libre, mais je constate que votre discours est en tout point identique à celui de TF. Soit c’est votre maître à penser, soit il y a entre vous une communauté de vues qu’on rencontre peu souvent. Pour moi, qui ne recherche pas l’originalité et qui suis toujours heureux de m’abreuver à la source de grands auteurs, je doute que ma pensée ait déjà été exprimée par qui que ce soit. C’est, je pense, un bon indice de ma liberté.

    « Critiquez au moins Thomas sur ses idées, par sur son apparence, ou bien ayez la décense de la boucler si vous êtes à court, parce que là c’est digne du bac à sable. »

    On écrit « décence », et pour un défenseur des « Lumièèères », vous êtes plutôt tyrannique et absolu dans votre ton.
    La différence entre « physique » et « mental » n’a pas plus de réalité que celle entre « vie publique » et « vie privée », les anciens Grecs le savaient bien. Montrez à un observateur neutre le portrait du sacre de Napoléon, et à côté la photo officielle de François Hollande. Vous n’avez pas besoin de lui représenter les idées respective des deux personnages pour qu’il voie à qui appartiennent la gloire, la grandeur et la puissance.

    « idem l’opposition manichéenne entre spiritualité solaire et lunaire, entre Aryens et Méditerranéens. »

    Là, je suis plutôt d’accord avec vous, venant d’une région historique où les cultes sont plus chtoniques que solaires. Tous les hommes font des erreurs. Evola ne m’en semble pas moins immense par son érudition, son intelligence, sa noblesse en un mot. Au reste, je ne vois pas comment discuter des accusations que vous portez contre la métaphysique. Tout comme notre ami du « Chemin sous les buis », vos perspectives sont strictement politiques, et non contemplatives. Je ne vous en veux pas, si tel est votre tempérament. Vous devriez aussi admettre que l’on peut être porté vers d’autres types d’engagement et d’action.

    • Bruno says :

      « On écrit « décence », et pour un défenseur des « Lumièèères », vous êtes plutôt tyrannique et absolu dans votre ton. »

      Oh ça va monsieur le cyber-professeur, encore une critique sur la forme, et non de fond… Ne nous faites pas croire qu’il ne vous arrive jamais de commettre quelques coquilles, surtout dans un champ texte aussi petit (et dont bizarrement chez moi, la taille n’augmente pas avec le nombre de lignes tapées)…

      Désolé de vous contredire, mais votre discours est stéréotypé, formaté, connoté, archi connu. On peut le lire, et l’entendre des dizaines de fois dans les scénacles de l’ultra droite autoproclamée « droite radicale », et autre disciples de l’école « pérénnialiste », ou « traditionniste ».
      De plus, je pensais avoir démontré une certaine ouverture d’esprit en faisant précisément mention d’ouvrages que malgré tout je me suis efforcé de lire (et il m’a fallu du courage !).

      Alors ne venez pas me faire la leçon après, sur ma liberté de ton, et une pensée d’autodidacte parfaitement autonome, car la vôtre est inexistante. Je n’ai aucun maître à penser, même si penser le contraire vous arrange…

      Un vrai révolutionnaire cherche toujours à avoir « prise sur le réel » (expression de G. Faye). Que vous prefériez la voie méditative ou contemplative, c’est votre droit le plus strict, mais respectez ceux qui ont choisi une autre voie, un autre mode d’action, même si ce cernier vous paraît plus « terre-à-terre », au lieu de les attaquer sur leur physique, ou d’autres considérations qui n’apportent strictement rien.

      • cesarlhermite says :

        « Désolé de vous contredire, mais votre discours est stéréotypé, formaté, connoté, archi connu. On peut le lire, et l’entendre des dizaines de fois dans les scénacles de l’ultra droite autoproclamée « droite radicale », et autre disciples de l’école « pérénnialiste », ou « traditionniste ». »

        Quitte à dire quelque chose d’archi-connu, j’espère au moins le faire dans une forme agréable. Vous aurez remarqué que ce blog a des prétentions littéraires, quelque illégitimes qu’elles puissent être en fin de compte.
        Mais il serait tout de même assez curieux que mon discours soit identique au mouvement politique que vous mentionnez, attendu que j’en ai à peine entendu parler. Je lis un peu Guénon, mais il n’est pas de la « droite radicale ». Quant à Evola, c’est pour sa « métaphysique du sexe » et sa « doctrine de la race » qu’il m’intéresse, davantage que pour ses thèses traditionalistes, bien que tout soit lié dans sa pensée.
        Si vous voulez tout savoir, mes connaissances métaphysiques viennent en grande partie d’un universitaire italo-américain, par ailleurs homosexuel et humanitariste. On est très loin de l’ultra-droite.

        « Alors ne venez pas me faire la leçon après, sur ma liberté de ton, et une pensée d’autodidacte parfaitement autonome, car la vôtre est inexistante »

        Ne soyez pas grotesque. Ce n’est quand même pas un hasard s’il se trouve que le seul ouvrage d’Evola que vous appréciiez est « Impérialisme païen », exactement comme Thomas Ferrier. D’ailleurs, il n’y a rien de dégradant à avoir des maîtres à penser, des inspirateurs, des instructeurs, des gurus, même si pour vous cela sonne évidemment « oriental ».

        Une fois pour toutes : je n’ai rien contre TF, je l’ai juste pris pour exemple car pour moi, il incarne à merveille ce contraste entre le discours et l’action, la pensée et l’homme. Je me souviens qu’il a lui-même reconnu que sa vie était plutôt calme et qu’à ce point de vue-là, il était assez chrétien. Ensuite, je n’ai rien contre ceux qui choisissent l’action politique, mais là encore, tout dépend de la manière…mais il serait fastidieux de s’étendre à ce sujet. Si TF juge cette référence préjudiciable ou blessante, qu’il me le fasse savoir, et je la supprimerai volontiers de mon article.

  8. kurgan69 says :

    Et bien, c’est qu’il était tout énervé le gonzier du parti politique virtuel là !?
    M’a beaucoup fait rire avec ses « scénacle » et autres « catochymes »par contre !
    (Quoique « catochyme », s’il est dactylographié « cathochyme », peut devenir intéressant ! Je vais me le mettre sous le coude celui-ci).
    Sans même parler du regroupement Guénon, Evola, Steiner, Gurdjdorff (« Gurdjdorff »!?!???) Sebotendorff (2″t » et un seul « f » en fait, mais bon, après le mythique « Gurdjdorff » on ne fait même plus attention), Von List, Willigut, Crowley et Lavey (!?!) en un même et surréaliste panier… fallait oser !
    Doit s’imaginer que ce sont là les maîtres à penser des « néo-païens de l’ultra-droite » ? (Ou quelque chose comme ça ?)
    Enfin… je saurai maintenant que pour être un vrai héros, il faut l’être avec « naturel » ! Haha.
    Ne changez rien à cette note, ni à votre blog, en tous cas…
    Car en ce qui me concerne (et même si mon « avis sur le sujet » est très proche de celui de notre camarade du Chemin sous les Buis), c’est tel qu’il est… que je l’apprécie !
    Cordialement :
    Kurgan / Fiertés Européennes.

  9. Bruno says :

    Se faire qualifier de « parti politique virtuel », par un anonyme du net planqué sous pseudo, qui croit acquérir de l’importance en pointant 3 coquilles dans un message d’il y a deux mois, c’est très naturel en effet….

    • kurgan69 says :

      Note à l’attention de monsieur « Bruno »…
      « L’anonyme du net » que je suis s’appelle Nikolaï Yvanovitch Makhno…
      Il gère le label Métal D.U.K.E…
      http://dieunaussprechlichenkulteneditions.hautetfort.com/
      S’occupe du blog Fiertés Européennes…
      http://fierteseuropeennes.hautetfort.com/
      ( Entre autres, je ne suis pas ici pour parler de mes multiples activités ! )
      Ne cherche absolument pas à acquérir une quelconque importance…
      Et tout le monde peut le joindre assez facilement, que ce soit par mail, courrier ou téléphone… voire même lui « causer » face à face, lors de l’une de ses expo’ ou lorsque D.U.K.E est de « sortie stand » sur un concert.
      Contrairement à monsieur « Bruno » qui n’est, au final que monsieur « Bruno »…
      Un anonyme du net…

      Quant à ce qui en est d’être un parti politique virtuel…
      Qu’êtes-vous donc d’autre ?
      Pouvez-vous me donner les dates des prochains évènements (conférences, rencontres, etc.) organisés par votre parti ? Que je puisse y assister…
      Nous parler de vos diverses publications ?
      Ou, mieux encore, nous résumer vos dernières actions ?

      Allez…
      Replongez-vous dans vos « livres » de chez Camion Noir…
      Et ne venez pas trop me chatouiller…
      M’sieur « Bruno l’anonyme virtuel du net ».

      • cesarlhermite says :

        C’est exactement la réponse que je lui aurais faite, si vous ne m’eussiez devancé. Leur seule activité politique consiste à écrire des commentaires sur le Net. Mais ne soyons pas trop durs, Thomas a brillamment passé à la vidéo. 😀
        J’aime beaucoup votre blog, par ailleurs ; il est fort riche. Auriez-vous aussi des liens avec le monde de l’édition, à tout hasard ?

  10. Bruno says :

    @Kurgan69

    Fort, bien merci de ces précisions. Je ne suis pas quelqu’un de virtuel, et TF encore moins puisque il a déjà mis sur le net de nombreuses vidéos où il s’exprime à découvert, sous son nom complet. De plus TF interviendra prochainement le 23 à Rennes auprès de Jeune Bretagne et du Réseau Identité, l’objet de ce débat portant sur la question sociale, et la casse sociale en Europe.

    Je continue ?
    De plus je saisis mal l’intérêt de vos griefs contre nous, puisque de toute façon toute implication politique, tout militantisme, est rejeté, décrié, par les tenants du courant évolien. Aussi si vous êtes aussi actif que cela, vous devriez logiquement vous sentir concerné vous aussi par leurs critiques.
    Quant aux éditions sulfureuses pour geek qui recherchent moyens de faire peur à papa-maman, que vous évoquez, on vous les laisse, ce n’est pas notre tasse de thé.
    PS : votre dernière remarque, menace à peine voilée, ça donne tout de suite envie de vous connaître…

    à Cesarlhermitte.
    Heu, n’êtes vous pas là en train de tenir un blog et d’écrire un commentaire dessus ? Donc pertinence de votre remarque, zéro. néanmoins, je veux bien croire que vous soyez une expert en matière de virtuel, de virtualité, puisque vous, les évoliens vous réussissez l’exploit d’être politiquement virtuels sans internet depuis 50 ans. Exploit que vous revendiquez d’ailleurs par choix assumé et préconisé.
    Alors ne venez pas après nous en faire le reproche !

    • kurgan69 says :

      Je ne suis pas quelqu’un de virtuel…
      >>> Bien sûr que non, vous êtes « Bruno du net »… rien de « virtuel » la dedans.

      Et TF encore moins puisque il a déjà mis sur le net de nombreuses vidéos…
      >>> C’est vrai qu’en ce qui le concerne, rien à dire ! Je n’ai rien de spécial contre lui, d’ailleurs (même si je ne suis pas fan pour autant), c’est votre arrivée en gros sabots au sein de la conversation entre le rédacteur de ce blog et notre ami du Chemin sous les buis qui m’a fait sourire !
      Toute cette fougue quasi-adolescente, cette morgue hautaine et prétentieuse, cette colère larvée… c’est fantastique ! Vous me rappelez tant et tellement les petits roquets agressifs des forums spécialisé « Métal » que j’ai du mal à vous imaginer autrement qu’en fan d’Opeth ou de Therion, avec l’intégrale de Camion Noir sur vos rayons.
      Et puis cette rage contre ce bon vieil Evola… mazette…
      Un de ses « disciples » vous a soufflé la fille de vos rêves ?

      De plus TF interviendra prochainement le 23 à Rennes auprès de Jeune Bretagne et du Réseau Identité, l’objet de ce débat portant sur la question sociale, et la casse sociale en Europe.
      >>> Et bien voilà… une première sortie ! C’est toujours un grand moment d’émotion non ? Souhaitons que tout se passe bien, félicitations… et bienvenue dans la réalité !

      Je continue ? >>> Mais volontiers !
      N’hésitez pas à nous refiler le planning complet des 12 prochains mois et l’historique des 6 dernières années… allez donc savoir, je vais peut-être finir par prendre ma carte ?

      De plus je saisis mal l’intérêt de vos griefs contre nous >>> Le « nous » est de trop, comme expliqué plus haut, je n’ai rien contre « TF » et votre parti « jusqu’alors totalement virtuel mais qui – à priori – a décidé de petit à petit s’essayer à la réalité et c’est tant mieux et très bien ainsi »… qui m’indiffèrent l’un comme l’autre. C’est votre petite personne qui m’indispose. Vous me faites l’effet d’être l’une de ces tête à claque comme je n’ai jamais pu les souffrir… et je ne vois pas pourquoi je devrais me priver de le dire.

      Puisque de toute façon (blablabla), par les tenants du courant évolien…
      >>> Vache, ça devient vraiment inquiétant ! Vous avez songé à consulter ?

      Quant aux éditions sulfureuses pour geek qui recherchent moyens de faire peur à papa-maman, que vous évoquez, on vous les laisse, ce n’est pas notre tasse de thé. >>> C’était juste pour vous prouver que je n’étais pas qu’un « pseudo du net », pas pour vous vendre des disques. Je vous aurais bien filé le lien de la bouquinerie mais je crois que nous y vendons du Evola et des BDs pour geeks !? Et comme j’ai fermé ma galerie d’art et que je pense que les activités liées à la taille de pierre ou à la maçonnerie à l’ancienne ne vous branchent pas des masses… j’ai opté pour le thé, même si je savais bien que vous étiez plus branché camomille.
      Et puis voilà… rien à y faire… vous parlez encore comme un p’tit péteux prétentieux et agressif qui refoule je ne sais quoi de pas bien net…
      Faut pas vous étonner si j’ai envie de vous claquer le beignet après ça, mon p’tit bonhomme… faut pas vous étonner…

      Votre dernière remarque, menace à peine voilée, ça donne tout de suite envie de vous connaître… >>> N’étant pas musulman, mes menaces ne sont jamais voilées ! Je n’aime pas votre façon de parler, d’être et de penser… le seul fait de vous causer me donne l’impression de boire du vinaigre… et je pense que si l’on devait se croiser un jour – et que vous vous comportiez ainsi – je vous collerais assez vite un bon gros kilogrammes de phalanges velues dans la poire !
      Rien de « voilé » là ? Même pas un demi-tchador en dentelles.
      Je n’ai pas envie de vous connaître… je ne cherche pas a être connu… et comme le seul fait de taper ces quelques lignes me donne déjà des pensées ô combien malsaines, je vous serai gré de ne plus me parler, c’est très mauvais pour ma tension.
      Par avance merci.
      Et au plaisir de ne surtout pas se recroiser un jour.

  11. kurgan69 says :

    @cesarlhermite

    Auriez-vous aussi des liens avec le monde de l’édition, à tout hasard ?
    >>> Moins serrés qu’avec ceux de la musique ou de l’art…
    Mais tout dépend de ce que vous recherchez ?
    On ne sait jamais…
    Laissez-moi une adresse mail (où parler de tout ça « en privé ») via la section « me/nous contacter » de l’un de nos blogs… et nous en discuterons plus en détails.

    Merci pour les compliments (et le lien) en tous cas.
    Continuez à me/nous régaler de vos textes et poésies !

  12. Bruno says :

    >>> C’est vrai qu’en ce qui le concerne, rien à dire ! Je n’ai rien de spécial contre lui, d’ailleurs (même si je ne suis pas fan pour autant), c’est votre arrivée en gros sabots au sein de la conversation entre le rédacteur de ce blog et notre ami du Chemin sous les buis qui m’a fait sourire !

    je vous rappelle que c’est un blog à accès libre, je ne savais pas qu’il fallait un pass… Ce qui en revanche ne vous empêche pas vous, d’arriver comme un éléphant dans un magasin de porcelaine, quite à jouer les gros bras. Alors un peu de décence, et relisez vous bordel.

    >>>>> Toute cette fougue quasi-adolescente, cette morgue hautaine et prétentieuse, cette colère larvée… c’est fantastique !
    Visiblement vous semblez décidément être plus impressionnable que vous voulez nous le faire croire…
    En tout cas vu comment vous vous laissez emporter comme un gosse dans une cour de récré, c’est l’hopital qui se fout de la charité, pour ne pas dire la m*erde qui se fout du pot.

    >>>>>>>Vous me rappelez tant et tellement les petits roquets agressifs des forums spécialisé « Métal » que j’ai du mal à vous imaginer autrement qu’en fan d’Opeth ou de Therion, avec l’intégrale de Camion Noir sur vos rayons.

    décidément, vous y tenez à vos éditions… Vous n’avez pas d’autres lectures ?

    >>>>>>Et puis cette rage contre ce bon vieil Evola… mazette… Un de ses « disciples » vous a soufflé la fille de vos rêves ?
    heureusement que je suis assis, là sinon, j’ai failli m’écrouler de rire. Pour dire les choses clairement, et de façon à être bien compris, Evola c’est de la branlette intellectuelle rien de plus. Et qui n’a même pas attendu internet pour être virtuelle. Alors, là encore les leçons : la ferme !
    Maintenant si cela vous suffit, si cela vous procure l’impression d’avoir une vie à l’image de ces gauchistes qui passent leur temps à refaire le monde autour d’un café, libre à vous. Mais arretez de nous casser les couilles !

    >>>>>>N’hésitez pas à nous refiler le planning complet des 12 prochains mois et l’historique des 6 dernières années… allez donc savoir, je vais peut-être finir par prendre ma carte ?

    ne vous donnez pas cette peine, de toute façon, des gens comme vous, on n’en voudra pas.

    >>>>>>>>>De plus je saisis mal l’intérêt de vos griefs contre nous >>> Le « nous » est de trop, comme expliqué plus haut, je n’ai rien contre « TF » et votre parti « jusqu’alors totalement virtuel mais qui – à priori – a décidé de petit à petit s’essayer à la réalité et c’est tant mieux et très bien ainsi »… qui m’indiffèrent l’un comme l’autre. C’est votre petite personne qui m’indispose. Vous me faites l’effet d’être l’une de ces tête à claque comme je n’ai jamais pu les souffrir… et je ne vois pas pourquoi je devrais me priver de le dire.

    Et alors. Vous ne m’appréciez pas ? Qu’est ce que j’en ai à foutre ? Vous croyez que je fais ma vie en fonction de blaireaux internétiques qui font leurs petits cacas nerveux sur leur clavier ?
    Seulement dans ce cas-là, le net est suffisamment vaste, si vous êtes cohérents avec l’insignifiance que vous prêtez au PSUNE (dont que je sache vous n’avez pas le fichier), à son fondateur et à ses membres, contentez-vous de m’ignorer et ça sera très bien comme ça. Au moins vous serez cohérent avec votre message. Or là, en relisant votre bile dégueulée, ce n’est pas vraiment l’impression que vous donnez.

    >>>>>>>>>> C’était juste pour vous prouver que je n’étais pas qu’un « pseudo du net », pas pour vous vendre des disques.
    Vous avez seulement prouvé votre incapacité à débattre, et votre gout pour la violence. En gros, « t’es un con et j’te tape. »

    >>>>>>>>>>>>Et puis voilà… rien à y faire… vous parlez encore comme un p’tit péteux prétentieux et agressif qui refoule je ne sais quoi de pas bien net…

    En matière d’agression, n’inversez pas les rôles là encore. Relisez-vous.

    >>>>>>>>>>Faut pas vous étonner si j’ai envie de vous claquer le beignet après ça, mon p’tit bonhomme… faut pas vous étonner…

    Hou là là, la terreur, j’ai peur…
    Vous vous prenez pour qui ? Et c’est avec ce langage de charretier que vous réussissez à faire des ventes ? Lol
    Sachez que je suis Nantais, et je relève le défi. Cesarlhermite a mon mail.
    Vous voulez me péter la gueule ? Fort bien. la proposition venant de vous, je vous attends. Et moi aussi je vous montrerai comment je traite les emmerdeurs mal élevés comme vous.
    Votre comportement est inadmissible, et mériterait en effet une bonne torgnolle.

    >>>>>>>>>>Et au plaisir de ne surtout pas se recroiser un jour.

    Sans blague, vous allez enfin nous foutre la paix ?

    • kurgan69 says :

      C’coup-ci ça roule, il a carrément « dégoupillé » !
      Bon, d’un autre côté je suis un peu vache de dire ça… puisque c’est exactement ce que je voulais qu’il fasse !
      Mais c’est quand même bien jouissif !
      ( Tout énervé qu’il est, le bichounet ).

      On a droit à la totale…

      J’apprend que c’est moi qui « m’emporte » !???
      ( Je ne m’emporte pas Tiburse, je t’agace ! Je me moque, je me gausse… et je me fout (un tantinet ) de ta gueule (soit)… mais c’est tout !)

      J’apprend qu’ON ne voudra pas de moi au PSUNE ! ( Ce qui me brise le coeur à un tel point que je me demande si je ne vais pas en faire un blues !? )

      J’apprends que la lecture d’Evola me donne l’illusion d’avoir une vie !?!?!??!
      ( Ce qui est fort dommage, vu que ça doit bien faire 20 ans que je n’ai pas ouvert un de ses livres… et que même à l’époque, je n’ai pas plus accroché que ça ! )

      J’apprends que je suis « plus impressionnable que ce que je veux bien faire croire… » !?!?? Ce qui laisse (donc) supposer que je veux faire croire que je suis impressionnable ( bizarre non ? ), et qu’au final, je suis encore plus impressionnable que ce que je laisse croire ! ( Putain ce qu’on peut faire comme phrases débiles lorsqu’on ne maîtrise pas bien la langue qu’on essaye de parler ).

      J’apprends que – pour le coup – c’est moi qui fait un « petit caca nerveux sur mon clavier » !? Alors que je ne me suis pas autant marré depuis un bon moment ! ( J’m’énerve pas Raoul… j’me paye ta fiole ! )

      J’apprends que j’ai un goût prononcé pour la violence… alors que euh… ah ben non, ça c’est vrai ! Flûte, il a au moins vu juste sur un point.

      Et comme toute cette merveilleuse envolée se termine ( comme de bien entendu ) sur du :
      « Hou là là, la terreur, j’ai peur… »
      « Venez jusqu’à Nantes vous battre sans quoi j’irai dire partout que vous êtes un dégonflé ou pire encore… un… euh… un maroufle »
      Et autres « c’est le premier qui y’a dit qui y’est »…
      ( Je passerai sous silence les « Lol », « casser les couilles », « emmerdeurs », « bordel », « branlette », « torgnole » (avec un seul « l », au fait ) et autres « caca-boudin » de cette prose décousue… qui prouvent qu’effectivement, et en l’occurrence, c’est bel et bien moi qui use d’un langage de charretier ! )

      Je ne dirai qu’un mot : BRAVO !!!

      Vous êtes tout à fait à la hauteur de ce que j’espérais !
      Et – surtout – tel que je « vous » imaginais…
      Merci de m’avoir renseigné…
      Et félicitations, belle pub pour votre parti !

      ——————————————-

      Ah oui, j’allais oublier le :
      « Sans blague, vous allez enfin nous foutre la paix ? »
      « NOUS » foutre la paix !??!?!???
      Vous voilà donc ami de cesarlhermite… du coup ?
      ( J’adore ce « NOUS » final ! Prodigieux ! )
      Et euh… non…
      Désolé mais NON…
      Il est hors de question que je vous fiche la paix…
      Tant que vous continuerez à me régaler de la sorte.
      Je m’amuse beaucoup trop !

      Encooooooooooooore !

      • Bruno says :

        Perdu, ducon, le « nous » n’incluait pas cesarlhermitte.
        Maintenant, en relisant ta prose de gogol on remarquera une fois de plus qu’il ne suffit de pas grand chose pour t’amuser, pauvre tache.
        C’est bien mon gars, non seulement tu démontres que t’es sérieusement atteint, mais en plus tu t’enfonces, et tu continues à creuser.

        Allez, ce soir n’oublie pas de prendre tes cachets avant de te coucher.

  13. cesarlhermite says :

    Je me délecte 😀 Par pitié, n’arrêtez-pas !

    C’est vrai que tu m’as souvent l’air tendu, Bruno. Tu devrais peut-être tirer un coup de temps en temps, ça te libérerait d’énergies mauvaises. Essaie d’aimer la vie, c’est le début du printemps ; promène-toi, prête ton oreille au chant des oiseaux, renifle des fleurs (pour peu que tu ne sois pas allergique), guette les filles des jardins publics et leurs robes à pois rouges, qui discrètement s’avisent de leurs futurs amoureux.

    En attendant, je note que uses de l’expression « éléphant dans un magasin de porcelaines », qui fut employée il y a quelques jours par TF sur le site de Robin. Aussi puis-je voir d’où viennent mes lecteurs, et je sais que tu es entré sur mon blog depuis un lien présent dans un message privé du forum PSUNE…en gros, l’ami TF t’a envoyé au front :p Si j’étais lui, je songerais à te rappeler et à t’accorder une dispense, car tout ceci vire à l’aigre pour son mouvement. Mais cela ne t’empêche nullement d’être un occidental nietzschéen pur, qui n’a d’autre maître que lui-même. 🙂

    • Bruno says :

      c’est bien de tirer des plans sur la comète. L’expression « arriver comme un magasin de porcelaine » n’est pas copyrightée que je sache. En outre pour des gens censés n’être « que du virtuel », tu sembles beaucoup t’intéresser à nous, au point de faire de la traque aux messages, que ce soit sur ED ou ailleurs. Ceci dit, pour ta gouverne, je ne poste plus sur ED. Donc tes réflexions tu te les carre bien profond.
      Quant à la vie que tu me prêtes, elle va très bien, merci de t’en préoccuper.

      Tu m’as l’air d’être bien frétillant, pour quelqu’un qui se prévaut d’être un disciple du « Baron » en jouant les « convives de pierre »…
      Evola = du vent ? La preuve.

      • cesarlhermite says :

        Non, c’est pas « arriver comme un magasin de porcelaine », mais comme un ÉLÉPHANT dans un magasin de porcelaines. On voit à quel point cette expression t’est naturelle 🙂

        Et je n’ai pas honte de dire que cela fait plusieurs années que je m’intéresse aux idées de Thomas Ferrier. Evidemment, cet intérêt ne s’étend pas aux déglutitions baveuses de son docile staffordshire terrier.

    • kurgan69 says :

      « C’est le début du printemps ; promène-toi, prête ton oreille au chant des oiseaux… (etc.) » >>> Haha ! Oui ! J’aime !
      D’autant que l’atmosphère se dégageant de ces quelques lignes est exactement celle qui m’anime à l’instant… cette sorte de rencontre impromptue entre Audiard et Roger Nimier, ce détachement badin négligemment drapé dans son uniforme de hussard bleu…
      Je me sens joyeusement bucolique… si je puis me permettre ?
      Un « singe au printemps » tiens…
      Fin prêt à descendre le Yang-Tsé-Kiang

      Le Yang-Tsé-Kiang qui n’est pas un fleuve, mais une avenue…
      Une avenue d’cinq mille kilomètres qui dégringole du Tibet pour finir dans la Mer Jaune, avec des jonques et puis des sampans d’chaque côté…
      Pis des tourbillons d’îles flottantes au milieu, avec des orchidées hautes comme des arbres… des millions de mètres cubes d’or et d’fleurs qui descendent vers Nankin… Et avec, tout l’long, des villes-pontons où on peut tout acheter… De l’alcool de riz, d’la religion, d’l’opium et pis des garces…

      Elle s’était mise sur la paille / Pour un maquereau roux et rose / C’était un juif, il sentait l’ail / Il l’avait, venant de Formose / Tirée d’un bordel de Shangaï.

      Désolé, des vapes qu’y m’reviennent…
      Un rêve qui s’jette dans la mer…

      ————————————-

      « Je me délecte » >>> Et moi donc…
      « Par pitié, n’arrêtez-pas ! » >>> Pas de soucis, élevé par des képis blancs… je suis imprégné de ce côté Camerone qui fait de moi un jusqu’au-boutiste pathologique !

      • kurgan69 says :

        J’me suis même permis de flécher l’endroit à destination de quelques amis, friands (eux aussi) de ce genre de personnage… et de rhétorique.
        Mon côté « amuseur public »… très certainement…

  14. kurgan69 says :

    Et hop… voilà les « gogol », « ducon » et les « pauvre tache » qui débarquent…
    ( « Gogol »… franchement !?!??? )
    Un pote venait à l’instant de m’envoyer un mail pour me dire qu’il s’attendait à du « trou de balle », mais j’étais sûr qu’on allait pas aller plus loin que le « ducon », tu viens de me faire gagner une bouteille foutriquet !

    « On remarquera une fois de plus qu’il ne suffit de pas grand chose pour t’amuser… » >>> Et oui, mais que veux-tu, je suis resté très simple…
    Un coussin péteur, un peu de fluide glacial sur une chaise, quelques blagues pourries sur les nains, un film de Max Pecas… je m’amuse de trois fois rien !
    C’est ça les enfants… ça rit… et ça ne sait même pas pourquoi.

    Allez Tiburse : encore !

    D’autant qu’après ces derniers échanges… et venant de toi… le très autobiographique : « non seulement tu démontres que t’es sérieusement atteint, mais en plus tu t’enfonces, et tu continues à creuser »… ne manque vraiment pas de sel ! Cuvée Mer Morte celle-ci !
    C’est pas les sonates de Corelli, mais ça s’en rapproche.

    Encore Tiburse… encoooooore !
    D’autant que maintenant qu’on se tutoie, je vais devenir insatiable.

  15. Chilbaric says :

    La différence essentielle,comme vous l’avez déjà débrouillé, n’est pas l’existence d’une opposition entre sacré au profane, pur et de l’impur, du numineux et du mondain, triangle qui est commun à toute religion « profonde ».
    http://www.friesian.com/newotto.htm

    Elle est dans l’affirmation d’une certaine distinction d’un Créateur et de la Création, plutôt que dans leur identification. C’est cela qui distingue le monothéïsme en général du panthéïsme en général (sous lequel j’englobe, pour simplifier, tous les « polythéïsmes »)

    C’est une trivialité que les plus hauts dieux de nos mythologies indo-européennes ont un commencement dans le temps et que certains ont même officiellement une fin : grandiose certes, mais une fin quand même.

    De nombreuses choses pourraient marquer la différence, mais le meilleur exemple m’a toujours paru celui là.

    Certes, Odin est le gardien des contrats, mais pas de ceux qui le lient, vraisemblablement. Et c’est ainsi qu’il faut un dieu spécial, à savoir Tyr, qui lui, s’engage pour de vrai, même envers l’ennemi des dieux, jusqu’à y perdre sa main.
    http://fr.wikipedia.org/wiki/T%C3%BDr

    Or cela, n’arrive pas dans le judaïsme et le christianisme. L’Alliance, par définition, qu’elle soit ancienne ou nouvelle, n’est pas trahie par ce Dieu qui la propose.

    Ensuite, on y croit ou pas, mais c’est une autre question …

    Et l’autre question est de savoir en quoi une telle idée très abstraite serait en soi étrangère à l’Europe sous prétexte qu’elle a pu être révélée, en Perse, en Israël ou plus vraisembablement en Egypte ? Quand nos « païens » entendaient parler du christianisme,il se fichaient bien de de l’origine des gens qui leur présentaient l’idée.

    Et pour ce qui est de la compatbilité, je n’ai jamais de meilleur exemple à donner que celui de Snorri Sturluson, chrétien islandais plutôt convaincu et grand compilateur de la mythologie nordique devant l’Eternel …
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Snorri_Sturluson

    Cette idée que le christianisme, EN SOI, aurrait finalement entrainé la chute de l’Europe, est démente ! Car enfin,comment peut-on concevoir l’Europe sans Constantin, Clovis et Charlemagne ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :